JP Beaudoin - Blog : Avoir peur de se faire dire non

[BLOG]

LA peur du « non »

– Mai 2021 –

Se faire dire non.

Personne n’aime se faire dire non, mais est-ce que quelqu’un en est mort ?

Non.

Alors pourquoi certaines personnes n’osent pas appeler quelqu’un par peur de se faire dire non ?

Avoir peur, c’est une émotion. La peur, c’est une émotion de survie. C’est notre cerveau qui essaie toujours de nous protéger, de nous sauver la vie. Mais aujourd’hui, en 2021, notre cerveau cherche à nous protéger de quoi ?

 D’un tout et d’un rien, d’un oui et d’un non.

C’est à nous de nous parler, de contrôler notre cerveau et de cesser d’avoir peur d’aller de l’avant. Nous devons prendre la décision d’être heureux et de nous libérer de nos peurs pour obtenir ce que l’on veut.

La peur, c’est notre imaginaire, c’est une fausse évidence qui nous apparait réelle.

Vaincre une peur, réaliser un rêve

Il y a quelque temps, j’ai réalisé mon rêve d’avoir un poste de radio. À ce moment précis, mon cerveau me racontait des histoires. Avoir une licence du CRTC (Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes), c’est beaucoup de temps, de travail, d’argent et d’investissements. Je le savais que j’étais prêt à présenter mon dossier, que je connaissais mon sujet parfaitement, mais mon cerveau me disait le contraire. Et si je m’accroche dans mes mots ? Qu’est-ce qui va arriver si je dis quelque chose que je ne devais pas dire ? Si ça ne fonctionne pas, qu’est-ce que je fais ?

J’avais peur. Mon imaginaire créait des scénarios qui n’en finissaient plus, mon cerveau me contait des histoires qui n’étaient pas réelles. Tout ça avant même d’avoir débuté la présentation.

J’ai commencé à me parler, à me ramener à l’ordre. Je connaissais mon dossier, je maîtrisais mon sujet, je savais ce que je faisais. Le pire qui pouvait m’arriver, c’était un « non », et ça, ce n’est pas la fin du monde. J’ai réussi à prendre le dessus sur mon cerveau et sur ma peur et j’ai foncé. Je l’ai fait, j’ai présenté mon projet radio, j’ai obtenu ma licence du CRTC.

J’ai réalisé mon rêve !

Cette expérience-là m’a apporté toute la confiance nécessaire pour réaliser tous mes projets les plus fous parce que j’ai appris à me parler, à parler à mon cerveau lorsqu’il me raconte des histoires.

J’ai fait le choix de prendre le contrôle de ma vie et de ne plus laisser la peur m’empêcher d’obtenir ce que je désire.

Prendre la décision qui changera ta vie

Nous avons 2 choix face à la peur.

Soit on lui fait face et on en sort grandis ou bien on se sauve et on n’évolue jamais.

Par contre, ce choix-là, personne ne peut le faire à notre place. C’est à nous de choisir d’aller de l’avant, d’être heureux, d’avoir un sentiment d’accomplissement ou de reculer et de peut-être regretter.

J’aurais pu décider de tout lâcher lorsque la peur a pris le contrôle de mes pensées. Ça aurait été facile de partir, de ne pas présenter mon projet et de laisser la peur gagnée et finalement, ne pas obtenir ma licence du CRTC.

Mais j’ai décidé de foncer et de donner tout ce que j’avais, d’affronter ma peur et de faire taire les bêtises que mon cerveau me racontait. Comment j’y suis arrivé ? En m’écoutant et surtout, en me parlant.

M’écouter afin de comprendre ce que mon cerveau racontait comme histoire et en me parlant pour lui prouver qu’il a tort, qu’il crée des fausses évidences, des scénarios, qui ne font aucun sens et qui sont peu probable.

Quand tu sens la peur prendre le contrôle, demande-toi une chose : « est-ce que je veux être la victime de mes émotions, est-ce que je veux être le passager de ma vie ou le conducteur ? ».

Passager ou conducteur ?

On souhaite tous être aux commandes, surtout lorsqu’il est question des commandes de notre vie.

Alors, reprends le contrôle. Reprends le contrôle de ta tête, de tes émotions, de ton corps, de tes actions. Ne laisse pas tes peurs mener ta vie.

Écoute-toi, écoute ton instinct et garde en tête que la peur est un sentiment de survie. Si tu n’es pas en danger de mort, quelle est la pire chose qui peut t’arriver si tu passes à l’action ?

Se faire dire non ?
Non.
.
.
.
.
.
.
.
.

Es-tu mort ?

Non.

Derrière nos plus grandes peurs se cache la meilleure version de nous-mêmes.

Prends le contrôle.

Fonce.

Retour haut de page